Formation Comment devenir agent de service hospitalier (ASH)

  • by

Optimisez vos chances de réussite avec une formation complète. Certification incluse

Les missions principales de l’agent de service hospitalier

Conscient que les hôpitaux peuvent être des lieux particulièrement sensibles aux contaminations, l’agent de service hospitalier doit suivre des protocoles sanitaires très stricts afin de faire la chasse aux bactéries, aux microbes et aux potentiels risques qu’ils peuvent entraîner pour lui et pour les autres. Il participe activement à la lutte contre les infections nosocomiales. Pour mener à bien cette mission de nettoyage (ou plutôt de bio-nettoyage), il fait le ménage avec des produits spécifiques et désinfecte les chambres des patients de fond en comble avant leur arrivée. Il est aussi chargé d’entretenir et nettoyer les locaux, les parties communes ainsi que les véhicules de transport sanitaire comme les ambulances. Il stérilise également le matériel médico-chirurgical et les blocs opératoires avant toute opération d’un patient.

L’agent de service hospitalier assiste aussi l’aide soignant. Tout comme lui, il participe au confort des patients et à leur bien-être durant leur séjour. Il accueille les patients dans leur chambre, réalise la distribution des repas et collations, change les draps, aide les malades à se nourrir ou à réaliser certains soins d’hygiène et est toujours prêt à les écouter d’une oreille attentive en cas de besoin. Il doit aussi suivre l’évolution de l’état des stocks et anticiper les besoins en approvisionnement.

Selon le type de structure ou de service dans lequel il évolue, l’agent de service hospitalier peut réaliser un certain nombre de missions annexes, il peut par exemple contribuer au lien social en distribuant le courrier, en aidant des personnes âgées peu habituées aux nouvelles technologies à échanger par visioconférence avec leurs proches ou encore participer aux différentes animations organisées par l’établissement de santé qui l’emploie. Un ASH peut aussi prendre en charge un ou plusieurs stagiaires afin de les former au métier sur le terrain.

Les compétences requises pour devenir agent de service hospitalier

Pour devenir agent de service hospitalier il est indispensable d’être minutieux et rigoureux vis-à-vis des règles d’hygiène et de propreté et des protocoles de nettoyage à respecter. L’à peu près n’a pas sa place quand on exerce une telle profession ! La maîtrise de l’outil informatique est nécessaire même si un agent hospitalier est rarement amené à passer ses journées devant un ordinateur à saisir des dossiers médicaux. L’ASH doit savoir faire preuve de polyvalence : il est rare qu’un agent hospitalier qui démarre sa journée sache exactement de quoi elle sera faite. En effet, les besoins des patients et les requêtes du personnel soignant (infirmier, aide-soignant, médecin) sont soumis aux aléas du quotidien. L’AHS doit donc pouvoir s’adapter à tout type de situation et accepter que tout ne se déroule pas toujours comme prévu, ce qui tend à participer au charme du métier. Travailler aux urgences est particulièrement formateur pour apprendre à dompter l’imprévu et être capable d’y faire face.

Plus que jamais, agent hospitalier est un métier de contact qui requiert de solides capacités relationnelles. Un AHS doit être aussi bien capable de rassurer un patient que de l’aider à se déplacer si besoin. Il apporte donc à la fois un soutien psychologique (empathie, sens de l’écoute, goût pour le contact humain) et une assistance physique. Une certaine résistance physique et psychologique est donc recommandée pour devenir ASH. Physique d’une part, car si le port de charges lourdes n’est pas monnaie courante, la manutention n’est pas à écarter. De plus, l’AHS exerce majoritairement en station debout, il se déplace régulièrement de service en service et peut facilement marcher plus d’une dizaine de kilomètres par jour au sein de l’établissement de santé. Psychologique d’autre part car l’agent hospitalier est parfois confronté à des situations difficiles et cela peut être moralement impactant si l’on n’est pas suffisamment blindé. Il doit donc réussir à garder une certaine distance vis-à-vis de son travail pour éviter qu’il n’empiète trop sur sa vie privée. L’agent de service hospitalier doit également aimer le travail d’équipe et l’esprit de solidarité et de camaraderie qui s’en dégage. Celui-ci est souvent fort et intense dans un tel environnement de travail. Enfin, l’ASH est aussi tenu au secret professionnel : la discrétion de rigueur en toute circonstance.

Etudes et formation

Il n’existe pas de formation obligatoire ou incontournable pour devenir agent de service hospitalier. Même si on ne peut pas définir de voie royale qui conduirait à ce métier, on trouve toutefois plusieurs formations diplômantes qui permettront d’acquérir toutes les compétences requises pour devenir ASH.

Les formations possibles pour devenir agent hospitalier :

  • le CAP Agent de propreté et d’hygiène
  • CAP Maintenance et hygiène des locaux
  • le bac professionnel Accompagnement, soins et services à la personne (Bac Pro ASSP)
  • le bac professionnel Hygiène, propreté, stérilisation (Bac Pro HPS)

Vous pouvez également rejoindre une formation d’agent de service hospitaliers à distance ou en présentiel dans un centre de formation. Il s’agit d’une formation professionnelle dont la durée n’excède pas plus de quelques mois. Vous aurez l’occasion d’y réaliser un ou plusieurs stages afin de vous constituer une première expérience professionnelle directement sur le terrain.  N’hésitez pas à vous renseigner auprès des organismes de formation concernés pour connaître les modalités d’inscription (ce type de formation est en principe accessible à partir du niveau CAP).

Devenir ASH et après ?

Les agents de services hospitaliers font partie de la fonction publique hospitalière. Ces fonctionnaires peuvent profiter de multiples évolutions de carrière. Ils peuvent évoluer vers un poste de chef d’équipe ou encore suivre une formation ou passer un concours de la fonction publique pour exercer des métiers clés du secteur de la santé ou du domaine sanitaire et social comme aide-soignant, auxiliaire de vie, infirmier ou auxiliaire de puériculture.

Formation subventionnée